Enseigner la physique à l’université : rendre son enseignement interactif

Lundi 8 janvier 2018 à l'université Paris Diderot

Avec le colloque « Enseigner la Physique à l’Université », organisé en 2015 puis à nouveau les 11 et 12 juillet 2017, l'occasion est donnée aux enseignants de se retrouver autour de questions liées à l’enseignement de la physique à l’université. Ces journées permettent notamment de dresser un état des lieux sur les pratiques d’enseignement actuelles, à poser des questions spécifiques liées la discipline et à réfléchir aux enjeux de cet enseignement à l’université.

Cette année, nous vous proposons, en lien avec le Centre d’Accompagnement des Pratiques Enseignantes (CAPE) de Paris Diderot, de prolonger cette expérience le 8 janvier 2018 avec une journée consacrée à des ateliers tournés vers des enjeux de mise en pratique. Cette journée sera l’occasion de discuter de questions liées à des situations concrètes d’enseignement de la physique à l’université, de partager nos expériences, de découvrir des propositions pratiques. Pour cette journée, nous vous proposons de travailler plus précisément sur le problème de l’interactivité. Comment rendre son enseignement interactif ? De quelle manière, avec quels moyens, quelles stratégies, quels supports, et pour quel gain pédagogique ? Dans quelle mesure l’adoption de stratégies pédagogiques interactives entraîne-t-elle des conséquences quant au contenu même de ce qui est transmis ?

Ces questions seront abordées tout au long de la journée au sein de deux ateliers largement fondés sur l’interactivité et l’échange avec les participants. Ces ateliers « tournants » seront proposés le matin et l’après-midi. En fin de journée, un temps de mise en commun permettra de faire le point sur les grands axes de réflexion qui auront été dégagés lors de cette journée.

Date limite d'inscription : 1er décembre 2017

 

 

Thèmes d’ateliers :

Atelier 1 : Confection d’une boîte à outils pour un enseignement interactif, intervenant : Nathalie Lidgi-Guigui (Université Paris 13)

Atelier 2 : Mettre en œuvre et évaluer la  « résolution de problème », intervenant : Jean-Michel Courty (Université Pierre et Marie Curie – Paris 6)

Programme de la journée :

9h            Petit-déjeuner d’accueil

9h30      Introduction

10h         Ateliers 1 et 2

12h         Déjeuner

14h         Atelier 1 et 2

16h         Mise en commun et clôture

 

Atelier 1 : Confection d’une boîte à outils pour un enseignement interactif

Nathalie Lidgi-Guigui, laboratoire CSPBAT – université Paris 13- IUT de Bobigny & Saint Denis

 

L'objectif de cette formation est de fabriquer ensemble des outils qui permettront à votre enseignement d'être plus interactif. L'emploi du temps des enseignants chercheurs étant chargés, nous nous amuserons à trouver des astuces qui peuvent être mises en place rapidement et sans avoir à reconstruire un cours déjà bien rodé. Nous envisagerons les possibilités données par la logistique aussi bien que par des dispositifs déjà abondamment exploités comme les QCM ou le travail en petits groupes.

Pour mettre au point ces outils, nous partirons des situations que vous avez pu rencontrer au cours de vos enseignements, en cours, TD ou TP et nous réfléchirons à la manière d'exploiter ce que vous avez déjà construit.

 

Atelier 2 : Mettre en œuvre et évaluer la « résolution de problème »

Jean-Michel Courty – Université Pierre et Marie Curie 

 

« De combien a baissé la température d'un verre d'eau dans lequel on a fait fondre un glaçon ? » Cette question, posée sans indication supplémentaire, est l'une des « résolution de problème » donnée depuis 4 ans aux étudiants de L1 de l’UPMC. Comment préparer les étudiants à aborder ce type d’activités ? Comment cette pédagogie active permet-elle de gérer la diversité et l'hétérogénéité de nos étudiants sans multiplier le nombre de modules spécifiques et fragmenter les cursus ? Comment conduit-elle à rendre les étudiants plus actifs dans leur formation ?

       La résolution de problème permet de combiner exigences disciplinaires et approche par compétence. A partir d’une mise en situation, cet atelier a pour objectif de comprendre quelles compétences sont développées par cette activité, comment une résolution par étape permet de différencier les exigences entre les groupes et de faire progresser aussi bien les élèves en difficultés que les meilleurs. Nous verrons comment cette activité est complémentaire d’activités plus « classiques »

 

 

Personnes connectées : 1